Un envoyé très spécial...

Publié le par Sébastien FRADE MARANINCHI

Salut chères lectrices et chers lecteurs,

Aujourd'hui, je vais vous raconter une zolie histoire. Il y a quelques jours, comme certains d'entre vous le savent déjà, j'ai été contacté via Facebook par un journaliste de France2 pour l'émission Envoyé Spécial. Le sujet pour lequel je devais être interviewé était Hadopi (vous savez, la loi anti-constitutionnelle, dont l'Europe ne veut pas, qui est mise en avant par la ministre qui voit des pare-feux dans les suites bureautiques). Evidemment, j'ai accepté l'interview, mais elle n'a pas encore eu lieu. Pour une fois, je ne suis pour rien dans l'annulation du rendez-vous (non, je ne suis pas arrivé en retard ni n'ai oublié le-dit rendez-vous, puisqu'il a tout simplement été annulé et que le journaliste ne m'a pas rappelé depuis). Ça doit être mon coté parano, mais vu que l'intitulé du message initial faisait penser que le reporter cherchait des pirates contre Hadopi, la question que je me pose est: "Ai-je été oublié parce que je suis contre Hadopi sans pirater?". En effet, je me sens oublié. Moi le gentil libriste qui voulait montrer son www.jamendo.com/fr préféré à la télévision pour montrer que la musique qu'il télécharge est sous licence libre et légale (non, sur Jamendo, il n'y a pas Lorie, mais bon, on s'en passera, hein. ).

Tout ça pour dire que je vais écrire ici ce que j'aurais dit dans l'émission si j'avais été interviewé:

1) Non, les opposants à ce projet de loi Hadopi ne sont pas tous des pirates. En effet, contrairement à ce que voudraient nous faire croire les pro-Hadopi, le Tous-Pirates ne peut pas s'appliquer, vu que nombre de personnes ne sont pas des vilains méchants pas beaux voleurs de pauvres ayants-droit qui ne peuvent plus acheter d'îles privées dans des paradis fiscaux (petit moment de silence pour ces pauvres personnes se faisant une marge déraisonnable sur le dos des artistes, m'enfin bref).

2) Oui, en temps que libriste, je suis conscient des licences, ce qui fait que quand on me prend pour un con (CDs/DVDs/autres supports DRMisés que je ne peux pas lire parce que ces boulets veulent empècher qu'on puisse lire leur contenu sur ce qu'on veut une fois le support acheté), je joue au con et préfère me priver du-dit contenu plutôt que de me casser le cul à chercher un moyen de le lire (ben oui, je suis client, alors quand j'achète quelquechose, j'attends à être traité en client et pas en potentiel voleur, sinon je ne vois pas pourquoi je paierai une fortune pour jouer à Mickael Scofield).

3) Malgré tout ça, j'achète encore des DVDs, des CDs (plus rare les CDs de musique, vu que faut vraiment qu'une musique me plaise et que je préfère faire de la musique sur ma guitare qu'en écouter. C'est d'ailleurs un peu comme le sport à la télé, j'ai toujours eu du mal à regarder des gens jouer sans participer. C'est d'ailleurs la même idée sur les pornos: J'ai jamais compris l'idée de mater deux personnes couchant ensembles alors que c'est vachement plus sympa de faire l'amour soi-même. M'enfin là, je m'écarte du sujet. Tout ça pour dire que malgré tout, quand on ne me prend pas pour un porte-monnaie sur pattes et que je vois un joli DVD qui me plait, j'achète (ceux qui me connaissent savent que je suis même archi-dépensier et que je vis loin au dessus de mes moyens contrairement à ce que je devrais).

4) De toute façon, techniquement, Hadopi est Has-Bean. En effet, ce projet de loi vise à fliquer des réseaux qui sont de moins en moins utilisés alors qu'il y a des moyens très simple de contourner cette loi sans se faire voir (pour le moment j'en suis à 23 méthodes différentes que j'ai testés en téléchargeant des logiciels libres que je m'étais moi-même mis à disposition de façon à tester en me surveillant bien plus qu'ils ne pourront le faire). Je ne metterai évidemment pas ici les méthodes détaillées, vous devrez donc me faire confiance: 23 façons de contourner Hadopi, sans que ce soit détectable par leurs méthodes archaïques. Ça veut tout simplement dire que soit ils ont des techniciens incompétents dans leurs conseillers, soit cette loi vise autre chose. Surtout que l'IP n'est absolument pas une donnée pertinente pour condamner ou non quelqu'un. En effet, pour le moment, une IP ne peut donner lieu qu'à une perquisition qui, elle, sera ou non probante. En rien une IP ne peut constituer une preuve irréfutable.

5) Justement, cette autre chose: Quand on voit un projet de loi comme ça, il faut regarder avec un regard de technicien, sans préjugés politiques (autant que faire se peut). Et là, on voit qu'ils proposent un moyen de se disculper de tout soupçon: installer un spyware officiel Hadopi (parce qu'un machin qui envoie en série des données sur ce que je fais sur mon ordi à des gens extérieurs ce n'est ni un pare-feu ni un logiciel de sécurisation, hein) payant (oui, oui, faudra en plus le payer). Alors là, je me dis: Bingo! C'est donc ça le vrai but: avoir un moyen de surveiller. Mais surveiller quoi? Bonne question, je ne peux que spéculer, mais bon, pour un pays qui chouine sur le respect des droits de l'Homme en Chine, il faudrait parfois se regarder un peu.

6) Dans le contexte socio-économique actuel où des gens commencent à se suicider à cause de la crise économique, où cette fameuse crise a eu lieu alors qu'un certain président de tous les français (hum hum) s'est augmenté, a renfloué les banques (l'actionnaire majoritaire des banques actuellement, c'est l'Etat, hein), a passé une pseudo-indépendance des universités (en gros, l'état les paye moins, mais elles sont toujours sous tutelle. qui a dit "le beurre et l'argent du beurre"?), a déclenché des polémiques monstres à coup de Karsher ( "Vous en avez marre de cette racaille? Je vais vous en débarrasser" "La France, tu l'aimes ou tu la quittes"), a utilisé les services de sécurité d'état comme une police privée (retrouver le voleur du scooter de son fils, perquisitionner les opposants politiques et journaux ne voulant pas porter la "bonne parole" de l'état), on peut se demander si tenter de passer de force une telle loi, innutile/inadaptée/non respectueuse de la vie privée, est vraiment une idée positive. Pourquoi ne pas faire respecter une loi dont l'inaplication actuelle coûte bien plus cher aux français actuellement (la vente liée, hein. si on s'en occupe, ça fait faire des économies aux français sur leurs achats et ça permet d'aider à relancer l'économie. Enfin, je dis ça, je dis rien).

7) Personnellement, je ne pense pas que ce soit très "libéral" d'influencer le marché en le rendant favorable à Vivendi-Universal sous prétexte que ce sont de bons copains qui ont vachement aidé durant la campagne présidentielle en faisant de la propagande en compagnie de Bouygue et autre TF1 (qui a dit que ce sont tous les mêmes? Je n'ai rien dit moi). De plus, le secteur des logiciels libres va être touché par cette loi alors qu'il s'agit d'un secteur où la France et l'Europe sont concurrentiels et il est étrange de favoriser dans ce cas des créateurs de logiciels américains.

Voilà, vous savez tout. Alors, on ne me verra pas à la télévision ("oh mince" crient-ils tous en choeur) mais vous aurez mon point de vue quand même. Ah! au fait, j'allais oublier, si vous utilisez GNU/Linux ou MacOSX, vous ne pourrez de toute façon pas utiliser leur spyware, parce qu'ils ont inscrit dans le projet de loi que c'était trop compliqué de demander aux créateurs des spywares homologués de développer sur diverses plateformes (c'est vrai que vu le nombre de logiciels que comportent ces deux systèmes et vu le nombre conséquent de logiciels multi-plateformes, ça semble vachement compliqué. à moins que ça ne provienne du fait qu'il faut trouver un OS qui laisse déjà des portes d'entrées pour d'autres. là je comprendrais.

Publié dans Informatique

Commenter cet article

un centralien bourré 17/05/2009 02:59

moi je valide la courgette

Sebastien FM 28/04/2009 13:36

Bon, bien qu'il y ait un certain nombre de mots recherchés qui sont allignés sur le topic du blog dont le lien est donné, les fautes de grammaire ainsi que nombre d'utilisations de termes dans des contextes qui ne leur sied pas m'a empêché d'avoir une claire compréhension de votre avis. Au lieu de pointer vers le topic où vous vous êtes fait plaisir en jouant, plus ou moins adroitement, avec les mots (ou en le lisant, puisque rien ne dit que vous en soyez l'auteur), pourquoi ne pas rédiger ici votre avis de façon concise et claire afin que je puisse personnellement le comprendre?
Parce que là, entre "léthargie contextuelle de la culture épiphénoménique mondiale" et "douce démence des moeurs virtualisés de l'hyper-réactionnarisme aigü", je peux moi aussi assembler des mots plurisyllabiques de façon à me faire mousser... Mais bon, si c'est pour être le seul à comprendre, l'intérêt me semble limité.

Sûrement est-ce dû à ma méconnaissance des jeux de phrasé actuels.

Albenzène 27/04/2009 04:16

Courgette!

walkmindz 25/04/2009 20:37

1- D’un côté, nous avons une industrie culturelle déclinante n’assumant pas le proxénétisme économique et la pandémie infantilisante qu’elle exerce sous le regard de son débiteur. Celui-ci est à la fois une fondation philanthrope de gestion nationale et une entreprise d’import/export.
2- De l’autre côté, nous avons une infinité de niches de population n’ayant rien à voir les unes avec les autres, mais faisant front par principe de précaution. Nous prouvant par la même occasion à quel niveau de léthargie se trouvent nos sociétés occidentales pour qu’un luxe devienne une lutte nécessaire.
3- Au centre, se trouve le gros du troupeau qui n’a pas d’avis et fait preuve d’intelligence situationniste ou d’indifférence banale sur ce combat qui est à la fois d’avant-garde et d’arrière-cour.
4- Dans toutes les batailles, il y a des pertes acceptables. Mais comme nous ne prenons plus plaisir à nous salir les mains avec une de ces barbaries ancestrales, les invectives servent de nos jours de courroux médiatique ou de Hit Combo virtuel pour le bonheur des voyeurs générationnels et des lâches éternels.
5- Quand on pratique l’affrontement constant ou la paix commémorative pour occuper son temps, c’est que l’on est plus en mouvement. Alors la guerre civile des flux a-t-elle un sens ?
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/03/13/creation-internet-et-insultes-gratuites/